Le quatrième stade

Une semaine après environ, le tissu touché meurt et se détache du visage pendant la quatrième et dernière phase de la maladie. Les tentatives de guérison du corps de refermer les plaies ouvertes en recousant conduit souvent à un blocage de la mâchoire. Il devient alors très difficile, voire impossible, de manger et beaucoup d’enfants meurent de faim pendant ce stade. Ils ne peuvent ingurgiter seuls assez de nourriture ou n’ont pas le droit de s’asseoir à table avec les autres à cause de leurs déformations. De plus, les blocages de la mâchoire sont aussi dangereux: les enfants peuvent en effet s’étrangler lorsqu’ils vomissent. Seules des interventions chirurgicales peuvent encore aider à ce stade. Même si aucune marque n’est visible de l’extérieur, les os se détachent souvent à l’intérieur de la bouche, des dégâts musculaires s’en suivent.

Tout d’abord, il faut remédier au blocage de la mâchoire, ce qui est une opération très difficile car la bouche est fermée. Dans la plupart des cas, des transplantations d’os sont indispensables. Ces opérations sont très coûteuses et n’ont lieu qu’en Europe. En même temps, des tissus doivent être transplantés afin de couvrir les marques du visage. Si le tissu présent sur le visage suffit à couvrir les marques, ces opérations peuvent être menées sans aucun problème au Niger.

Nous nous réjouissons qu’il soit désormais possible de réaliser des greffes de peau au sein de nos hôpitaux du Niger et de la Guinée-Bissau. Du tissu provenant du dos, ou d’une autre partie du corps des patients, est prélevé pour corriger les cicatrices sur leurs visages. Vu que nos hôpitaux ont atteint un haut niveau et que nos médecins ont reçu une solide formation, il n’est plus nécessaire que ces opérations soient effectuées en Europe. Ceci permet de réaliser d’importantes économies et de ne plus contraindre les enfants noma à quitter leur environnement.

Le quatrième stade

Le quatrième stade