Suivi

SuiviDans les Maisons des Enfants, sont enregistrés des enfants dans toutes les phases de la maladie. Ils reçoivent suffisamment de nourriture et d’antibiotiques, s’ils sont en phase aigu. D’ici, ils sont référés pour operation à la Clinique, si nécessaire. Les accompagnants reçoivent une éducation en hygiene bucco-dentaire, en laquelle on utilise des baquettes en bois. Les pates et les brosses dentifrices seraient inutiles, étant donné que les familles ne peuvent pas se les payer plus tard.

Aux femmes nous offrons des cours de cuisine pour qu’elles apprennent à utiliser les aliments disponibles de manière à ce que les nutriments soient conservés. Elles sont aussi sensibilisées sur les avantages du lait. Déjà un ¼ de litre de lait par jour suffit pour renforcer le système immunitaire des enfants. Même la consomation d’oeufs aiderait les enfants. Mais beaucoup de Nigériens croient que les enfants qui mangent des oeufs deviennent plus tard des voleurs. De telles croyances doivent être changées pour aider les enfants et cela ne peut être fait que par les ressortissants de ces ethnies. Les femmes doivent également être sensibilisées sur les methodes de sevrage car souvent elles sèvrent les enfants brusquement, ce qui, chez certains enfants, conduit à un refus total de nourriture.

Les membres de l’association essayent de convaincre les femmes à sevrer leurs enfants lentement. Ceci n’est naturellement pas toujours possible, surtout lorsque les femmes sont déjà enceintes de leur prochain enfant pendant qu’elles allaitent encore un autre. Ainsi, endéans trois mois, 1.500 femmes en des villages reculés ont été sensibilisées. Beaucoup de ces villages ne sont atteints qu’après dix heures de voyage. Il faudra donc attendre un peu jusqu’à ce que tout la population soit sensiblisée à la maladie, aux measures de prevention et aux méthodes de traitement. L’association s’occupe également du suivi des patients. Selon la gravité de la maladie, le traitement et le suivi peuvent durer des années.

Certains patients avec contriction des mâchoires ne peuvent, même après operation, pas ouvrir la bouche par un mouvement naturel des muscles, ils doivent longtemps (2 ans environ) retenir la bouche ouverte à l’aide de bâtonnets, pour éviter qu’elle ne se referme. Pendant ce temps, on essaie de faciliter aux jeunes une formation professionnelle. Malgré leur désavantage social par suite de la maladie, ils peuvent ainsi acquérir une certaine indépendence.

Rakia Même l’entrée dans la profession, par exemple comme menuisier, est appuyé par Noma e.V. par des aides à l’autosuffisance. Des dons sont remis aux jeunes gens, quand il devient clair qu’ils peuvent gagner leur vie avec. Une preuve que la réintegration réussit est le cas d’une patiente noma en décembre 2001. La jeune femme avait reçu après son traitement une formation de couturière et est aujourd’hui mariée à un professeur de lycée appartenant à la haute société du pays. Si l’association n’avait pas aidé, cette femme serait encore cachée par ses parents dans la famille. Maintenant elle peut gagner sa vie par son travail, elle est indépendante dans un pays où les femmes n’ont pas encore l’égalité des droits.

Noma e.V. poursuit le but d’éradiquer le noma au Niger à moyen terme. Plus de 4.200 enfants opérés avec succès et la sensibilisation croissante de la population sont des étapes sur la bonne voie.